Nous, Entrepreneurs Engagés du XXI ème siècle. Menu

L’entrepreneur engagé

03
PORTRAIT
James Faricelli - Au-delà de l’insertion : une entreprise "insérante"

L’engagement, comme une évidence. James Faricelli nous fait partager son parcours.

« Lorsque l’occasion de créer mon entreprise s’est présentée, j’ai tout de suite voulu la faire à mon image : ouverte aux autres. », raconte James Faricelli. Issu d’une famille de quartier difficile de la Drôme, il s’investit dans les associations locales et suit un parcours – réussi – qui le mène d’un DESS en gestion d’entreprise, à un poste de directeur commercial. Et ce, jusqu’à devenir, à 32 ans, son propre patron, dans le milieu de la sécurité incendie.

Redonner confiance et responsabiliser

Dès le départ, le jeune chef d’entreprise trace sa feuille de route : il ne recrutera que des chômeurs, issus de quartiers difficiles, au parcours de vie « compliqué », déserté par « la chance » et sans qualification, dans la sécurité incendie. Chez Alyl, on croise ainsi un ancien militaire, un senior, une mère célibataire ou encore un Malgache qui cherchait un travail pour renouveler son titre de séjour. L’essentiel ? Qu’ils soient travailleurs, motivés et que leur comportement social, leur savoir-être, restent exemplaires.

“Entreprise "insérante" plutôt qu’entreprise d’insertion”

Nous suivons beaucoup notre instinct, auquel nous ajoutons quelques critères objectifs, bien sûr, argumente James Faricelli. Il y a, par exemple, des éléments qui ne trompent pas, comme le fait d’avoir commencé à travailler avant 18 ans. Nous sommes également attentifs aux loisirs pratiqués, car pour s’intégrer, il est important que le nouveau venu ait les mêmes centres d’intérêts que ses collègues.. » Le recrutement est devenu une phase stratégique pour l’entreprise, qui se développe
vite. Le chef d’entreprise peut d’ailleurs s’appuyer aujourd’hui sur trois de ses premiers
collaborateurs. Le premier, ancien magasinier au chômage, occupe aujourd’hui le poste de responsable technique et adjoint ; la seconde, mère de deux enfants, est devenue essentielle en terme de management par sa motivation et son implication, en plus de ses talents de commerciale et de formatrice. « Le troisième est issu d’un quartier sensible de Vienne. Il n’a pas le bac. C’est lui qui va devenir responsable technique de notre première agence dans la Drôme. »

« Une plus-value sympa » auprès des clients

A l’image de ces trois salariés, tous, chez Alyl, sont susceptibles de prendre des responsabilités puisque tous les nouveaux postes permettant une évolution de carrière sont pourvus exclusivement en interne.
Sans qualification dans la sécurité incendie à leur arrivée, les personnes recrutées doivent être formées. Cette stratégie risquée, dès la première année, a fait passer la société tout près du dépôt de bilan. Mais James Faricelli est confiant : quelques mois ont finalement suffi à mener Alyl vers la rentabilité et les salariés commencent à se former entre eux. L’entreprise depuis connaît une progression à deux chiffres tous les ans permettant de passer de 80 K€ de chiffre d’affaires la première année à 800 K€ en 2014.

De même quand des stagiaires sont pris dans l’entreprise, c’est pour pourvoir un poste avec des compétences manquantes dans l’entreprise et tous sont recrutés ensuite en CDI à la fin de leur formation.

A l’extérieur, les clients n’ont pas connaissance de cette politique de recrutement. Mais ils apprécient la qualité des prestations ainsi que les employés, et font fonctionner le bouche-à-oreille. Ce n’est que récemment que le dirigeant a compris que son choix de management était une « plus-value sympathique, plutôt bien perçue par les clients. »

A ceux qui prennent Alyl pour une entreprise d’insertion, James Faricelli rappelle et souligne qu’il ne bénéficie d’aucune subvention et qu’il se définit plutôt comme une « entreprise insérante. » La société a aujourd’hui atteint un niveau de maturité suffisant pour que son dirigeant décide de passer à la vitesse supérieure. Ainsi entre 2013 et 2014, l’entreprise à doublé de taille, ouvert une agence et recruté six personnes pour permettre de se réaliser un avenir national.

30 créations d’agences
prévues d’ici 2018.

D’ici à 2018, il souhaite créer une trentaine d’agences.Pour y parvenir, sept ans après le premier, il bénéficie d’un accompagnement par Réseau Entreprendre (r) Isère pour son développement. A la clé, un prêt d’honneur de 50 000 euros et quatre fois plus en effet de levier.

Ainsi les collaborateurs intégrés et formés dans la société ayant suffisamment progressés en terme de compétences, pourront continuer à évoluer et prendre des responsabilités dans la société tout en l’aidant à se développer. Ce développement créant un cercle vertueux puisque le développement de l’entreprise permettra l’embauche et la montée en compétences de nouveaux individus.


Lauréat de Réseau Entreprendre Isère
ALYL SECURITE INCENDIE
Effectif : 9
Chiffre d’affaires : 400 000 €
Secteur d’activité : Prévention et protection contre les risques d’incendie
Date de création : 2007


Sur le même thème

Les ressources Associées